Les cellules souches : une piste pour réparer les lésions dues à une naissance prématurée

Porteur du projet : FLEISS Bobbi-Hôpital Robert Debré-DHU PROTECT, Paris

Titre du projet : « Cellule souche mésenchymateuse ou exosome : qui est le héros après une lésion cérébrale périnatale ? »

Subvention attribuée par la FRC en 2018 : 50 000 €

 

Description du projet

À travers le monde, environ 15 millions d’enfants naissent prématurément, et le nombre de nouveau-nés prématurés ne cesse d’augmenter chaque année. Selon l’OMS, la prématurité correspond à une naissance ayant lieu avant 37 semaines de grossesse.  Une naissance prématurée peut entraîner des séquelles avec des conséquences qui perdurent sur le long terme. Le cerveau est l’un des organes les plus sensibles à la prématurité. Les enfants nés avant terme ont un risque plus élevé de développer des troubles du comportement, de l’apprentissage voire une paralysie cérébrale. En effet, près de 10 % des nourrissons nés avant 33 semaines développent une paralysie cérébrale et environ 35 % d’entre eux présentent des déficits cognitifs et neuropsychiatriques persistants, tels que les troubles du spectre autistique et les troubles déficitaires de l’attention. Au total, ce sont 9 millions d’enfants par an qui souffriront d’incapacité ou de déficience de façon permanente. À ce jour, aucune thérapie clinique n’est disponible pour traiter les lésions cérébrales du nouveau-né prématuré.

Différentes voies thérapeutiques sont étudiées par les chercheurs dans le but de réparer les lésions du cerveau causée par une naissance avant terme. Parmi elles, l’utilisation des cellules souches* offre une piste prometteuse. Les cellules souches possèdent en effet plusieurs propriétés leur permettant de réparer des lésions soit en remplaçant les cellules abîmées soit en libérant des molécules qui peuvent aider à la réparation. Ainsi, ces cellules pourraient permettre de stimuler la réparation des lésions neurologiques du prématuré. Cependant, il existe peu de données disponibles à ce sujet, il est donc nécessaire de poursuivre les travaux de recherche dans cette direction.

 

Parmi les différents types de cellules souches existant, les cellules souches mésenchymateuses* sont des candidats thérapeutiques pertinents étant donné leurs effets neuroprotecteurs, c’est-à-dire qui permettent de protéger les neurones. Ces effets bénéfiques seraient permis grâce aux exosomes (petites vésicules qui transportant d’une cellule à une autre divers composants tels que des protéines et lipides) présents dans ces cellules. Il est donc supposé que ces exosomes puissent avoir un effet positif sur les lésions du prématuré. L’étude des exosomes est d’autant plus pertinente que ce sont des éléments faciles à préparer, conditionner et distribuer. Ils pourraient ainsi être utilisés à la fois dans les pays développés mais également dans les pays en émergence, permettant à un grand nombre de nouveau-nés prématurés d’en bénéficier.

 

L’équipe de recherche

L’équipe de Bobbi Fleiss a pour objectif d’étudier le potentiel thérapeutique de ces cellules souches mésenchymateuses, et plus précisément des exosomes présents au sein de ces cellules. Dans ce but, les chercheurs vont administrer des cellules souches et exosomes au niveau de la cavité nasale d’un modèle animal présentant des lésions cérébrales du prématuré. Grâce à cela, les chercheurs souhaitent à la fois pouvoir déterminer le moment le plus adéquate pour réaliser ce type de thérapie et étudier les mécanismes moléculaires qui y sont associés.

 

Ces résultats permettront à la fois de faire avancer les pistes thérapeutiques concernant les lésions causées par une naissance prématurée mais ils pourraient être également utiles pour de nombreuses autres pathologies pour lesquelles l’inflammation neuronale joue un rôle important telles que les AVC (accident vasculaire cérébral), la maladie de Parkinson, la maladie d’Alzheimer et la sclérose latérale amyotrophique.

L’équipe de recherche de Bobbi Fleiss

 


Pour recevoir les actualités de la recherche, inscrivez-vous à notre newsletter :



Photo © Inserm/Latron, Patrice

*les cellules souches sont des cellules ayant les propriétés de pouvoir se renouveler indéfiniment et de devenir tous types de cellules.

Le Dr Bobbi Fleiss est une neurobiologiste du développement qui travaille à l’hôpital Robert Debré à Paris avec le Pr Pierre Gressens. Le travail du Dr Fleiss porte sur le rôle de la neuroinflammation médiée par les microglies dans les lésions cérébrales périnatales. Le Dr Fleiss a réalisé son doctorat à l’Université Monash en Australie avant de travailler avec des chercheurs de premier plan dans le domaine de la médecine périnatale, d’abord à l’Université de Göteborg (Suède) et au King’s College London (Royaume-Uni). Elle est actuellement coordinatrice d’un groupe de recherche.

« Mon rêve en tant que chercheuse, est d’apporter une pierre importante à la recherche qui permettra d’identifier une stratégie de protection neuronale qui pourra être mise en place chez les prématurés pour améliorer leurs fonctions cérébrales et leur insertion dans notre société. Le financement FRC permettra de tester une hypothèse très originale avec des outils uniques qui pourrait déboucher sur des stratégies thérapeutiques très innovantes. »

Le centre de recherche

L’Hôpital Robert Debré est un hôpital pédiatrique, dont la vocation est la prise en charge des enfants, des adolescents et des futures mères.

Soutenez les chercheurs

Pour que la recherche sur les dysfonctionnements du cerveau progresse, vos dons sont indispensables.

► Faire un don

Partager cet article

Facebook
Twitter
Newsletter
moimoncerveau.org