Troubles de l’humeur et maladies thyroïdiennes : une perturbation du tic-tac de l’horloge interne ?

Titre du projet : Perturbation de l’horloge circadienne lors des maladies thyroïdiennes : source de troubles de l’humeur ?

Porteur du projet : Xavier BONNEFONT – Institut de Génomique Fonctionnelle (IGF – Montpellier)

Montant : 80 000 €

 

Descriptif du projet :

Presque chacun d’entre nous s’est déjà vu prescrire le dosage de l’hormone TSH, un marqueur de l’axe thyroïdien, lors d’un bilan sanguin. Cette réalité montre à quel point la glande thyroïde est un acteur majeur de notre équilibre métabolique, et plus généralement de notre bon état de santé. Malheureusement, cette glande thyroïde est souvent au cœur de troubles plus ou moins graves. Qu’elle sécrète trop d’hormone (hyperthyroïdie), ou pas assez voire plus du tout après son ablation chirurgicale (hypothyroïdie), et c’est tout l’organisme qui est dérèglé. Au-delà des problèmes métaboliques et de fatigue, de nombreux patients dysthyroïdiens se plaignent d’une certaine irritabilité, d’anxiété et de déprime allant jusqu’à un réel état dépressif. Ces symptômes ont très probablement des causes multiples qu’il convient d’identifier pour une meilleure prise en charge du patient, notamment lorsque le traitement de substitution hormonale tarde à faire effet. Des études montrent qu’un dérèglement de l’horloge circadienne, qui synchronise les rythmes biologiques avec le cycle jour-nuit, serait un facteur de risque pour les troubles de l’humeur. De plus, plusieurs observations suggèrent que cette horloge tourne trop vite ou trop lentement chez les patients dysthyroïdiens.

Dans ce projet, l’équipe de recherche propose de tester cette hypothèse pour :

  1. comprendre comment les dysfonctionnements thyroïdiens altèrent l’horloge,
  2. évaluer dans quelle mesure ces altérations sont associées aux troubles de l’humeur,
  3. identifier de possibles mécanismes cibles pour un meilleur accompagnement thérapeutique des patients concernés.

Les chercheurs examineront les liens entre différents statuts thyroïdiens (hyperthyroïdie comme hypothyroïdie), rythmes biologiques, et états neurocomportementaux, tant chez l’animal que chez des patients humains. Une approche expérimentale chez la souris permettra de rechercher un large spectre de troubles comportementaux lors de perturbations thyroïdiennes, un lien causal entre perturbation de l’horloge et troubles de l’humeur, et les mécanismes cellulaires responsables de la dégradation de l’horloge. En parallèle, une étude clinique permettra d’évaluer la pertinence de la rythmicité biologique dans le cadre des troubles de l’humeur liés aux dysfonctionnements thyroïdiens.

L’ensemble du projet apportera un nouvel éclairage sur les troubles neuropsychologiques associés aux maladies thyroïdiennes, pour un meilleur diagnostic et un meilleur accompagnement des patients.

 

Trois équipes complémentaires, composées de neurobiologistes, endocrinologues et cliniciens collaboreront pour ce projet. Xavier Bonnefont est spécialiste des interactions entre les horloges circadiennes et les systèmes neuroendocriniens. Il sera assisté de l’équipe du Dr. Valjent de l’IGF pour la partie modèles animaux et de l’équipe du Pr. Castinetti du Service endocrinologie de l’Hôpital de la Conception de Marseille pour la partie clinique.

 

Témoignage de Xavier Bonnefont, porteur du projet :

« Ayant grandi dans une région industrielle, j’ai toujours été conscient des ravages sur la santé causés par le travail de nuit ou en « postes tournants ». La rencontre avec des pionniers de la chronobiologie, lors de mes études, a sonné mon intérêt pour cette discipline comme une évidence. Le financement de la FRC donnera un premier élan vital à ce projet naissant. Il va nous permettre de passer de la simple preuve de concept vers une étape plus aboutie, qui nous indiquera quelles dimensions de l’horloge interne seraient des rouages pertinents sur lesquels agir dans l’accompagnement de certains troubles de l’humeur en général, et chez les patients dysthyroïdiens en particulier ».

Xavier Bonnefont est Chargé de Recherche au CNRS. Le fil conducteur de sa recherche est de comprendre notre horloge interne, qui synchronise nos rythmes biologiques avec le cycle jour-nuit. Comment fonctionne cette horloge circadienne (=«autour du jour») ? Comment peut-elle varier, se dérègler en fonction de notre état physiologique ou pathologique ? En quoi sa plasticité naturelle pourrait nous permettre de mieux vivre dans notre monde moderne, affranchi des cycles naturels ? Pour répondre à ces questions, il développe une approche multidisciplinaire (neurosciences, endocrinologie, modélisation mathématique…) afin de déchiffrer les mécanismes moléculaires, cellulaires et intercellulaires qui battent la mesure au plus profond de notre cerveau.

LE CENTRE DE RECHERCHE

Ce projet est issu d’une équipe de l’Institut de Génomique Fonctionnelle (IGF) de Montpellier.

> En savoir plus sur l’Institut

Partager cet article

Facebook
Twitter
Newsletter
moimoncerveau.org