Jean Antoine Girault

Le cerveau humain est l’organe le plus complexe que nous connaissons. Avec près de cent milliards de neurones chacun connecté à plusieurs milliers d’autres il est à sa façon aussi compliqué que tout le réseau Internet. Le cerveau est le support de notre pensée et de nos actions, mais c’est un organe fragile. Ses dysfonctionnements, les maladies du cerveau, sont devenus la principale source de dépenses de santé dans le monde. Qu’on les appelle maladies neurologiques ou psychiatriques, les maladies du cerveau sont une cause majeure de souffrance et de perte d’efficacité, pouvant toucher à des degrés divers chacun d’entre nous. Qu’il s’agisse de dépression, de maladie d’Alzheimer ou de Parkinson, de troubles anxieux, d’addictions, d’épilepsie, de schizophrénie, de traumatismes cérébraux, de retard mental, d’accidents vasculaires, de sclérose en plaques ou de bien d’autres affections, nous connaissons tous des proches qui en sont les victimes.

Que peut-on faire ? Il n’y a pas une solution unique. Nos connaissances sur le cerveau ont fait des progrès énormes au cours des dernières décennies, pourtant elles sont encore très insuffisantes. Nous savons que les maladies du cerveau partagent des mécanismes communs et que les frontières entre elles ne sont pas étanches ; elles résultent toutes de dysfonctionnements des neurones.

Certaines maladies prennent leur origine au cours du développement du cerveau, avant ou après la naissance, et touchent des sujets jeunes. Certaines résultent d’agressions externes par des agents infectieux, des traumatismes, des substances toxiques ou des désordres métaboliques. Certaines enfin sont liées à la destruction progressive, la neurodégénérescence, de populations de neurones particulièrement fragiles et frappent surtout les sujets âgés. Dans la plupart des cas des facteurs génétiques rendent certains sujets plus sensibles que d’autres à certaines maladies et pour progresser il faut élucider les interactions entre les gènes et l’environnement.

Guérir ou prévenir les maladies du cerveau nécessite de comprendre son fonctionnement normal et ses dérèglements. Les chercheurs utilisent des approches variées avec des technologies de plus en plus puissantes pour percer les mystères du cerveau, diagnostiquer ses troubles et proposer des traitements plus efficaces. Pour vaincre les maladies du cerveau il faut des « cerveaux » (des chercheurs !) et leur donner des moyens. Avec la FRC aidez les scientifiques dans leur combat pour comprendre le cerveau et guérir ses maladies !

Grâce à vous, chaque année nous finançons l’excellence de la recherche en France. Il faut continuer et amplifier le mouvement. Merci de votre générosité !

Jean Antoine Girault

 

Jean Antoine Girault

Vice-Président du Conseil scientifique de la FRC

Président de la Société des Neurosciences

Partager cet article

Facebook
Twitter
Newsletter
Moi Mon Cerveau