5 nouveaux équipements financés grâce à l’opération Rotary-Espoir en Tête pour équiper les centres de recherche français

Comme chaque année depuis 2005, des contremarques de l’avant-première d’un film sont vendues aux rotariens qui se mobilisent au profit de la recherche. Les fonds récoltés servent uniquement à financer de gros équipements de recherche, de la technologie de pointe indispensable aux chercheurs pour étudier le cerveau et mieux comprendre ses dysfonctionnements. Chaque dossier retenu, qui donnera lieu à un financement, est sélectionné par le Conseil Scientifique de la FRC après une étude très rigoureuse.

Cette année, ce sont cinq projets qui vont être financés dans le cadre de l’Appel à Projets Exceptionnel “Rotary-Espoir en Tête” 2020. Ces équipements de pointe vont ainsi pouvoir être acquis par plusieurs équipes de recherche dans toute la France.

 

  • Des ultrasons focalisés pour ouvrir la barrière cérébrale et permettre aux thérapies d’atteindre le cerveau, à l’Unité Mixte de Service IRMaGe au CHU de Grenoble, pour un montant de 184 000 €.

La barrière hémato-encéphalique, qui isole le cerveau de la circulation sanguine, est aussi l’obstacle majeur empêchant les médicaments d’atteindre le cerveau, ce qui rend actuellement très difficile le développement de nouvelles stratégies thérapeutiques pour les pathologies neurologiques et psychiatriques. L’acquisition de cet équipement par l’équipe d’Emmanuel Barbier ouvrira de nouvelles pistes cliniques prometteuses, d’autant plus que seuls 2 équipements précliniques de ce type sont disponibles en France à ce jour. Les travaux de recherche concerneront dans un premier temps la neuroinflammation, les traumatismes crâniens, l’épilepsie, les tumeurs cérébrales, les AVC, ou encore le syndrome de l’X fragile.

 

  • Un microscope confocal pour imager en profondeur le système visuel, à l’Institut de la Vision à Paris, pour un montant de 200 000 €

La microscopie confocale est de nos jours une technologie indispensable aux chercheurs pour étudier les perturbations structurales et fonctionnelles survenant dans le cerveau lors de maladies neurologiques et psychiatriques. Ce nouveau microscope confocal offrira à l’équipe d’Alain Chedotal, mais aussi aux autres chercheurs de l’Institut de nouveaux services indisponibles actuellement pour étudier notamment les maladies rétiniennes et trouver des thérapies de restauration visuelle. Cet équipement profitera également à l’ensemble de la communauté des neurosciences à Paris et en dehors, le service d’imagerie de l’Institut de la Vision attirant également de nombreux chercheurs d’autres institutions.

 

  • L’Ultramicroscope III, un microscope de fluorescence à feuille de lumière de dernière génération pour visualiser les cellules du cerveau, à l’Institut de Biologie du Développement de Marseille (IBDM), pour un montant de 200 000 €

Au cours des dernières années, des techniques de clarification des tissus ont vu le jour et cette percée technologique s’est accompagnée des progrès de la microscopie de fluorescence à feuille de lumière qui permet une imagerie à haute vitesse, de bonne résolution et de faible toxicité. La combinaison de ces deux approches révolutionne la neurobiologie, permettant de rendre transparent, imager en 3D et reconstruire des cerveaux et organes entiers avec une résolution cellulaire. Cet équipement de dernière génération permettra à l’équipe d’Harold Cremer ainsi qu’aux chercheurs de l’IBDM d’explorer de nouvelles voies de recherche sur la sclérose en plaques, la maladie de Parkinson et les troubles du spectre autistique.

 

  • Un microscope confocal ultra-rapide et à haute sensibilité pour visualiser les neurones vivants en temps réel, à l’Institut du Fer à Moulin (IFM) à Paris, pour un montant de 200 000 €

L’acquisition d’un microscope confocal ultra-rapide et hautement sensible par l’équipe de Fiona Francis et Richard Belvindrah permettra aux chercheurs de l’IFM de mener de nouvelles explorations pour caractériser les mécanismes participant à la formation et au fonctionnement du cerveau en conditions normales et pathologiques. Il sera notamment utile à 6 équipes de l’Institut pour aborder des questions scientifiques de premier plan et d’un intérêt biomédical majeur dans les épilepsies, les déficits intellectuels, la maladie de Parkinson, la dystonie, les addictions, les pathologies du motoneurone, les maladies psychiatriques et les maladies neurodéveloppementales.

 

  • Un enregistrement simultané EEG-IRMf unique pour mieux comprendre l’organisation spatiale et temporelle du réseau cérébral, au Centre de Résonance Magnétique Biologique et Médicale (CRMBM) de Marseille, pour un montant de 139 500 €

Enregistrer le cerveau de façon simultanée avec l’électroencéphalogramme (EEG), qui possède une résolution temporelle excellente, et l’imagerie par résonnance magnétique fonctionnelle (IRMf), qui offre une résolution spatiale très précise, permettra de développer un environnement d’exception unique en France et très rare dans le monde. L’équipe de Maxime Guye ainsi que les autres chercheurs du CRMBM pourront ainsi étudier chez l’homme la connectivité et la fonctionnalité des réseaux neuronaux de manière non invasive dans de nombreuses pathologies neurologiques et psychiatriques. Ils s’intéresseront dans un premier temps à l’épilepsie et à la sclérose en plaques.

En bref, en 2020 :

  • 923 500€, c’est le montant qui va être reversé à la recherche en 2020
  • gros équipements de recherche pourront être financés
  • Chacun servira à plusieurs équipes de recherche
  • Certains matériels sont très rares en France et dans le monde
  • Ils permettront d’approfondir les connaissances sur le cerveau et sur de nombreuses pathologies (épilepsie, autisme, sclérose en plaques, maladies de Parkinson, …)

L’opération Rotary-Espoir en Tête en chiffres

  • 15 années d’existence
  • 13,4 millions d’euros reversés à la recherche sur le cerveau
  • 78 projets financés, exclusivement du matériel de haute technologie
  • Une 30aine de centres de recherche équipés dans toute la France
  • Des milliers de rotariens mobilisés chaque année

> Aller sur le site d’Espoir en Tête

Partager cet article

Facebook
Twitter
Newsletter
moimoncerveau.org