Appel à Projets 2022 : « L'adaptation du cerveau à son environnement » - Fédération pour la Recherche sur le Cerveau (FRC)

Appel à Projets 2022 : « L’adaptation du cerveau à son environnement »

Cet appel à projets vise à préciser les mécanismes (moléculaires et cellulaires) à la base des adaptations (bonnes ou mauvaises) de notre cerveau à son environnement. Autrement dit, il permettra de financer des projets visant à comprendre comment le cerveau s’adapte à l’environnement tout au long de la vie, et trouve des solutions pour se protéger face aux agressions qui peuvent l’affecter et modifier son développement et son fonctionnement.

 

Le cerveau en constante adaptation

La Fédération pour la Recherche sur le Cerveau et ses associations membres ont décidé, en concertation, de lancer durant 4 années consécutives un appel à projets sur la thématique de l’environnement. Le cerveau est en permanence en interaction avec son environnement, l’amenant à s’adapter, à s’améliorer, mais aussi à être altéré, avec parfois des conséquences négatives sur notre santé. Le cerveau humain est donc très dépendant de nos comportements de vie. Afin de pouvoir protéger nos fonctions cognitives et sensorielles et tenter d’éviter ou compenser des situations pathologiques, il est particulièrement important de comprendre comment le cerveau s’adapte à cet environnement et met en place des réactions de défense pour se protéger au cours de la vie.

Ainsi, l’appel à projets lancé en 2019 concernait « le cerveau agressé par son environnement », celui de 2020 portait sur « le cerveau protégé de/par son environnement » et celui de 2021 sur « le cerveau et l’environnement interne du corps ». En 2022, c’est l’adaptation du cerveau à son environnement qui sera cette fois-ci mise en avant.

 

Le cerveau et son environnement

 

Le cerveau intègre les informations qui viennent de l’environnement, qu’il soit externe ou interne à l’organisme. Ces deux environnements et leurs interactions peuvent affecter l’ensemble du corps humain, dont le cerveau est tributaire et qu’il contrôle. Les adaptations du cerveau face à l’environnement peuvent par exemple concerner les situations suivantes :

  • Les adaptations du cerveau aux modifications liées aux comportements de vie

Le fonctionnement du cerveau est soumis aux comportements que nous adoptons tout au long de notre vie (alimentation, conduites addictives et substances toxiques, activités physiques et intellectuelles, sommeil, stress, …). A titre d’exemple, un stress post-traumatique laisse son empreinte jusque dans notre cerveau. En réponse à cette expérience, le cerveau va s’adapter, être « plastique » et réorganiser ses connexions neuronales afin d’être plus en alerte lors de certaines situations. C’est ainsi que plusieurs approches thérapeutiques (neurofeedback, théâtre thérapeutique, musicothérapie …) émergent pour favoriser et stimuler la plasticité cérébrale et ainsi agir afin de diminuer les symptômes associés.

  • Les solutions de compensation, de protection ou de remédiation pour faire face aux handicaps physiques, psychiques ou sensoriels.

Pour les patients atteints de déficits moteurs graves dus à des paraplégies ou des maladies neurodégénératives, le contrôle du corps et/ou la communication avec l’extérieur sont difficiles. Depuis quelques années, différentes solutions sont développées afin de remédier à ces conséquences et notamment l’essor prometteur des interfaces cerveau-machine (exosquelette, bras robotisé, …). Ainsi l’interaction répétée entre le robot Nao et des enfants souffrant de Troubles du Spectre Autistique (TSA) a par exemple montré une amélioration de leurs capacités sociales.

  • Les adaptations du cerveau mises en place pour faire face à des troubles des fonctions sensorielles.

Nos sens et l’équilibre sont essentiels dans notre vie quotidienne (communication, autonomie, mobilité, …). La perte de l’un peut affecter toutes les populations et quel que soit le groupe d’âge. Pour y faire face, une succession de mécanismes peut être mise en place par notre cerveau, notamment sa capacité à produire des nouveaux neurones (neurogénèse) afin d’aider à la restauration de l’équilibre.

  • Les adaptations spécifiques liées à l’âge (période précoce, adolescence, vieillissement).

Dès le plus jeune âge, le cerveau met en place différents processus pour aider à son développement et interagir avec son environnement (mise en place du langage, apprentissage de la marche…). A chaque étape de la vie, différentes compétences sont donc mobilisées et vont évoluer et peut-être même décliner. Ainsi des études épidémiologiques ont montré la vulnérabilité du cerveau, croissante avec l’âge, aux accidents vasculaires cérébraux et aux maladies neurodégénératives, tandis que l’adolescence va être sensible à d’autres risques, comme par exemple à la consommation de substances addictives qui peut prédisposer au développement de troubles psychiatriques.

 

Mieux connaître les facteurs de risque et comorbidités pour protéger le cerveau

Cet axe de recherche concernant les adaptations du cerveau à son environnement est particulièrement important car il est primordial d’identifier les solutions mises en place par notre cerveau pour se protéger au mieux tout au long de la vie et compenser des situations pathologiques. Ceci passe par l’identification des facteurs bénéfiques ou délétères pouvant intervenir dans la protection et l’adaptabilité du cerveau. Mieux connaître ces facteurs permettra aussi de comprendre le pourquoi de la survenue de pathologies du cerveau afin de pouvoir les prévenir, ralentir leur développement ou trouver des thérapeutiques nouvelles pour espérer un jour guérir les patients.

 

 

Pour recevoir les actualités de la recherche et suivre cet appel à projets, inscrivez-vous à notre newsletter :

Soutenez la recherche

Pendant la crise sanitaire que nous vivons actuellement, les chercheurs ont besoin plus que jamais que nous restions mobilisés afin de les soutenir.

L’urgence du moment est de contrer l’épidémie du coronavirus et de soigner les patients pour limiter nos populations malades, mais les chercheurs sur les maladies du cerveau doivent pouvoir aussi continuer leurs recherches ! Les maladies du cerveau persistent et la recherche dans le but de les guérir est une urgence permanente.

Nous comptons sur votre soutien et votre solidarité.

Je fais un don

2021

Retrouvez la thématique de l’appel à projets 2021 « Le cerveau et l’environnement interne du corps. » en cliquant ici.

 

2020

Retrouvez la thématique de l’appel à projets 2020 « Le cerveau protégé de/par son environnement » en cliquant ici.

 

Partager cette page

Facebook
Twitter
Newsletter
moimoncerveau.org