La mémoire

La mémoire, c’est à la fois la capacité d’apprendre quelque chose (mémorisation) et la capacité de s’en rappeler (restitution).

 

Il n’y a pas une seule sorte mémoire. Savoir où vous avez mis vos clefs, vous souvenir du nom d’un acteur que vous avez sur le bout de la langue, vous rappeler un séjour en colonie de vacances, retenir les chiffres d’un digicode, ou savoir jouer du piano – toutes ces opérations mobilisent différents types de mémoire.

La mémoire sensorielle ou immédiate disparaît généralement en moins de deux secondes, par exemple l’image d’un passant croisé dans la rue. Si l’on prête attention aux informations de la mémoire sensorielle, on peut les retenir un peu plus longtemps. On mobilise alors la mémoire à court terme qui permet de conserver temporairement l’information, par exemple s’il faut garder en tête un numéro de téléphone le temps de trouver un stylo. On parle également de mémoire de travail ou de « mémoire tampon » lorsqu’on effectue des opérations mentales sur ces souvenirs immédiats : par exemple un traducteur qui retient ce qu’il vient d’entendre pour le traduire dans sa tête en même temps qu’il parle.

La mémoire à long terme au contraire stocke des données de façon durable, parfois pour toute une vie : souvenirs d’événements marquants, de noms, de lieux, de visages…

On peut donc distinguer différentes sortes de mémoires selon la durabilité des souvenirs et selon le temps que l’on met pour l’acquérir, l’idée générale étant que la trace mnésique est d’autant plus tenace que le souvenir a été répété.

 

memoire1

 

On distingue également différentes sortes de mémoire à long terme, selon le type d’informations emmagasiné. Vous souvenir d’un événement vécu – « la première fois que… » – cela fait appel à la mémoire épisodique. Vous souvenir du nom de votre voisin en revanche, cela mobilise la mémoire lexicale, la mémoire des mots. La mémoire sémantique englobe notre connaissance du monde : informations, idées, notions. Savoir faire du patin à glace en revanche, c’est ce souvenir de gestes, de positions et d’habitudes corporelles. Cette mémoire sensori-motrice, celle des « savoir-faire », c’est la mémoire procédurale. À noter aussi une différence entre ce dernier type de souvenir et les précédents : la mémoire procédurale est implicite par opposition avec la mémoire explicite ou déclarative.

 

Les lieux de la mémoire

L’imagerie cérébrale permet aujourd’hui de suivre en temps réel l’activité du cerveau. Les chercheurs commencent ainsi à mieux identifier où nous stockons de nos différents souvenirs dans notre tête.

Dans la matière grise du cerveau, les neurones s’organisent en différents réseaux qui remplissent chacun une fonction particulière en fonction de leur localisation.

La capacité de retenir temporairement une information, la mémoire à court terme est associée à une forte activité du lobe préfrontal.

 

memoire2

 

La mémoire implicite dépend des ganglions de la base et le cortex moteur, tandis que la mémoire explicite se rattache au système limbique, un groupe de structures situées au centre du cerveau, dont l’hippocampe.  Une lésion de cette aire du cerveau provoque une amnésie « antérograde », où l’on conserve les souvenirs anciens mais sans pouvoir plus rien retenir au présent. C’est que le passage de la mémoire à court terme à la mémoire à long terme s’effectue grâce à l’hippocampe, dont la forme recourbée rappelle l’animal marin, qui assure la mémorisation durable des faits et des événements.

 

memoire3

 

Les souvenirs inscrits depuis longtemps dans la mémoire à long terme ne font plus intervenir l’hippocampe et l’activité de la mémoire sémantique active plutôt le cortex frontal et le cortex temporal.


Pour en savoir plus sur les mécanismes fascinants de notre cerveau, découvrez nos autres dossiers.

Toutes ces découvertes ne sauraient exister sans le financement des chercheurs en neurosciences… Le cerveau vous fascine ? Faites un don !

Crédit photo en une : startupstockphotos.com

« La mémoire sensorielle ou immédiate disparaît généralement en moins de deux secondes. […] La mémoire à long terme stocke des données de façon durable, parfois pour toute une vie« 

Musclez votre cerveau !

La mémoire, ça se travaille ! Pour vous, nous vous avons préparé une série d’exercices pour entretenir vos neurones.

Cliquer pour jouer

Actualité de la recherche

Sommeil et mémoire : quels impacts sur les maladies neurodégénératives ?

Lire l'article

Moi Mon Cerveau

Ce quizz vous permet d’identifier votre profil et de vous inscrire à un « coaching en ligne » afin de connaître les bonnes pratiques pour prendre soin de votre cerveau.

► Faites le test !

Pour que la recherche avance, les chercheurs ont besoin de vous !

 

En savoir plus sur le don

Pour recevoir les actualités de la recherche, inscrivez-vous à notre newsletter :


Partager cette page

Facebook
Twitter
Newsletter
moimoncerveau.org