Le cerveau - Fédération pour la Recherche sur le Cerveau (FRC)

Le cerveau

C’est avec notre cerveau que nous pensons. Siège des facultés intellectuelles logé dans la boite crânienne, le cerveau est l’organe du système nerveux central, vers où convergent, via la moelle épinière, l’ensemble des nerfs parcourant notre corps. Le cerveau apparaît ainsi comme une sorte de tour de contrôle, qui reçoit des influx nerveux et qui commande en retour les mouvements corporels volontaires (lever le bras), ainsi que certains mouvements involontaires (par exemple la respiration, la température corporelle ou les battements de notre cœur).

 

Anatomie du cerveau

Dans notre tête, il n’y a pas que le cerveau. En anatomie, on distingue l’encéphale du cerveau proprement dit, qui n’en est qu’une partie. Dans l’encéphale, le cerveau surplombe le tronc cérébral, situé dans le prolongement de la moelle épinière, et domine le cervelet, logé en arrière du tronc cérébral. L’ensemble est recouvert d’un feuilleté de membranes protectrices, les méninges, comprenant la dure-mère (située au contact du crâne), l’arachnoïde, et la pie-mère (directement sur le cerveau). L’ensemble baigne dans un liquide protecteur, le liquide céphalorachidien.

Le cerveau proprement dit est un organe extrêmement complexe. Il est composé de deux hémisphères, droit et gauche, eux-mêmes reliés entre-deux par le corps calleux, une substance blanche formant un « pont » de fibres nerveuses.

Ces hémisphères cérébraux sont recouverts d’une membrane de couleur grisâtre (le cortex) qui présente un aspect « plissé ». Certains de ces plis, plus accentués que les autres, dessinent des sillons caractéristiques qui divisent chaque hémisphère en plusieurs lobes, eux-mêmes subdivisés en différentes circonvolutions. La scissure de Sylvius, le sillon de Rolando et le sillon perpendiculaire délimitent ainsi un lobe frontal (en avant), temporal (sur les côtés), pariétal (au-dessus) et occipital (en arrière).

 

cerveau1

 

Ces hémisphères renferment des cavités remplies de liquide céphalo-rachidien, dont l’ensemble, avec un troisième ventricule situé au centre du cerveau, et un quatrième situé à la base de l’encéphale, entre le cervelet et le tronc cérébral, forme le système ventriculaire.

 

cerveau2

 

Le cerveau comprend deux types de substance, blanche et grise. La substance blanche renferme des fibres assurant la liaison nerveuse entre ses différentes parties. La substance grise rassemble quant à elle des milliards de cellules nerveuses, les neurones (en charge du traitement des informations), et les cellules gliales. Cette substance grise se répartit d’une part en une couche tapissant la surface du cerveau, au niveau du cortex, et d’autre part en des noyaux situés dans la masse cérébrale. Au nombre de ces « noyaux gris », on compte notamment le thalamus, situé à l’intérieur du diencéphale et, au centre du cerveau, l’hypothalamus relié à une glande particulière appelée l’hypophyse.

 

À chaque zone sa fonction

Le cerveau présente une anatomie fonctionnelle, autrement dit, certaines de ses parties sont plus spécifiquement en charge de certaines fonctions ou activités. On peut ainsi tracer une cartographie sommaire des aires cérébrales selon leurs rôles. Les hémisphères cérébraux abritent le siège des facultés intellectuelles, de la cognition, des émotions et de la conscience, tandis que le tronc cérébral régit l’activité respiratoire et cardiaque, et le cervelet la coordination des fonctions motrices. Dans le cerveau proprement dit, on distingue des régions spécialisées dans certaines tâches cognitives : certaines aires du lobe frontal sont ainsi mobilisées pour le langage articulé tandis que la partie postérieure du lobe occipital l’est pour la vision. On distingue dans cette perspective une aire motrice, une aire sensitive, une aire visuelle, et une aire auditive.

En comparant le cerveau humain avec celui d’autres espèces animales, certains scientifiques ont proposé une classification des parties du cerveau fondée sur la théorie de l’évolution. Le médecin et neurobiologiste américain Paul MacLean a ainsi formulé la théorie du « cerveau triunique », selon laquelle notre cerveau contiendrait en quelque sorte trois cerveaux en un. Dans le cerveau humain cohabiteraient trois « étages » ou niveaux de cerveaux successivement apparus dans l’histoire de l’évolution : le cerveau « reptilien », présent chez les poissons depuis 500 millions d’années, contrôlant les fonctions primaires de l’organisme ; le système limbique, apparu il y a 150 millions d’années chez les petits mammifères, en charge notamment des émotions ; et enfin, le néo-cortex, dont la naissance remonterait à 2 ou 3 millions d’années chez les primates.

_____________

Pour en savoir plus sur les mécanismes fascinants de notre cerveau, découvrez nos autres dossiers.

Toutes ces découvertes ne sauraient exister sans le financement des chercheurs en neurosciences… Le cerveau vous fascine ? Faites un don !

Photo : Inserm/Guénet, François

Besoin d'aide ?

Accéder au glossaire

Coupe de l’encéphale, mise en valeur du cerveau par IRM.

Inserm / Pr. Cabanis

Moi Mon Cerveau

Ce quizz vous permet d’identifier votre profil et de vous inscrire à un « coaching en ligne » afin de connaître les bonnes pratiques pour prendre soin de votre cerveau.

► Faites le test !

Pour que la recherche avance, les chercheurs ont besoin de vous !

En savoir plus sur le don

Pour recevoir les actualités de la recherche, inscrivez-vous à notre newsletter :


Partager cette page

Facebook
Twitter
Newsletter
moimoncerveau.org