Les actualités autour de la maladie d’Alzheimer

La maladie d’Alzheimer toucherait aujourd’hui plus de 900 000 personnes en France, un chiffre qui serait, selon les estimations, amené à continuer de progresser drastiquement. Bien que de mieux en mieux comprise, les chercheurs peinent cependant à mettre au point de nouvelles thérapeutiques pour ralentir la progression voire guérir complètement cette pathologie neurodégénérative très complexe.

 

Publié le : 24 novembre 2021

  • Le 15 novembre 2021, une nouvelle piste thérapeutique.

La maladie d’Alzheimer est une maladie neurodégénérative progressive caractérisée par la présence de dépôts extracellulaires de la protéine bêta-amyloïde, à l’origine des symptômes de la maladie.

Une récente étude a permis à des chercheurs britanniques et allemands de mettre au point un anticorps capable d’empêcher le dépôt de la protéine bêta- amyloïde. Ils ont identifié un anticorps (TAP01) qui ciblerait précisément cette protéine, avant la formation des plaques de bêta-amyloïde néfastes pour le cerveau. « Dans les essais cliniques, aucun des traitements potentiels qui dissolvent les plaques amyloïdes dans le cerveau n’a montré beaucoup de succès en termes de réduction des symptômes d’Alzheimer. Certains ont même montré des effets secondaires négatifs. Nous avons donc opté pour une approche différente en identifiant un anticorps chez la souris qui neutraliserait les formes tronquées (toxique) de bêta-amyloïde soluble, mais ne se lierait ni aux formes normales de la protéine ni aux plaques.», explique le Pr Thomas Bayer, principal auteur de l’étude.

Cet espoir de traitement doit encore faire ses preuves chez l’homme. En cas de succès, il participerait à restaurer les fonctions neuronales impactées par les agrégats protéiques et à lutter contre le déclin cognitif.

Sources :
– Bakrania, P. et al. (2021), Discovery of a novel pseudo β-hairpin structure of N-truncated amyloid-β for use as a vaccine against Alzheimer’s disease, Nature.
Un traitement prometteur et un vaccin potentiel contre la maladie d’Alzheimer, The Conversation (2021)

Publié le : 05 novembre 2021

  • Le 29 octobre 2021 bouleverse plusieurs théories sur la maladie d’Alzheimer.

Une étude parue dans le journal Science Advances remet en question plusieurs théories autour de la propagation de la maladie.

Cette étude est la première à utiliser des données humaines (échantillons de cerveau post-mortem de patients atteints de la maladie d’Alzheimer, scanners de patients vivants) pour suivre l’agrégation de la protéine Tau dans le cerveau humain. L’accumulation de la protéine Tau et de la protéine bêta-amyloïde sont toxiques et seraient à l’origine de plusieurs symptômes observés dans la maladie d’Alzheimer : le déclin cognitif, la mort précoce de cellules corticales et le rétrécissement du cerveau.

Les chercheurs ont ainsi découvert que la maladie ne touche pas une seule zone du cerveau, comme cela était auparavant supposé. En réalité, plusieurs agrégats de la protéine Tau se forment dans plusieurs zones du cerveau. Selon les scientifiques, cela pourrait, en partie, expliquer la fulgurance de la maladie. Ils ont aussi découvert qu’en seulement cinq ans, le nombre d’agrégats protéiques est doublé. Même si cela semble court, pour l’auteur cela est « encourageant » et indique que les neurones sont capables, pendant ce laps de temps, de se défendre contre ces agrégats.

Cette étude pourrait donc influencer l’élaboration des prochains traitements et représente un espoir pour les 40 millions de personnes atteintes d’Alzheimer dans le monde.

« Espérons que cette étude et d’autres permettront d’orienter le développement de futurs traitements ciblant la protéine tau, afin qu’ils aient plus de chance de ralentir la maladie et d’aider les personnes atteintes de démence« , a déclaré Sara Imarisio, de l’Alzheimer’s Research UK.

 

Source : Meisl G. et al. (2021), In vivo rate-determining steps of tau seed accumulation in Alzheimer’s disease.

Publié le : 17 juin 2021

  • Le 7 juin 2021 a marqué un nouveau tournant dans la lutte contre Alzheimer, avec l’approbation accélérée aux Etats-Unis d’une molécule qui redonne de l’espoir.

La maladie d’Alzheimer est caractérisée par un déclin progressif de la mémoire récente, et plus généralement des fonctions cognitives et exécutives, amenant à une perte d’autonomie. Le développement de ces troubles est notamment dû à deux types de lésions dans le cerveau : une accumulation anormale de la protéine β-amyloïde formant des « plaques séniles », et une phosphorylation anormale de la protéine tau s’agrégeant en neurofibrilles dans les neurones. Ces deux altérations entraînent in fine une dégénérescence des neurones, à l’origine des troubles cognitifs. Ce processus très lent peut prendre de nombreuses années avant que les symptômes de la maladie n’apparaissent.

Le 7 juin 2021, la FDA (Food and Drug Administration, l’agence américaine du médicament) a approuvé la mise sur le marché américain d’une nouvelle molécule, l’Aducanumab (Aduhelm), développée par le laboratoire Biogen (Cambridge, Massachusetts). C’est la première fois depuis 2003 qu’un nouveau traitement obtient cette autorisation. Basé sur une technique d’immunothérapie, l’aducanumab est un anticorps qui se lie aux protéines toxiques β-amyloïdes et qui permet de briser ces plaques. Plusieurs études cliniques réalisées auprès de 3 482 patients ont permis d’attester une réduction significative des plaques amyloïdes chez les personnes ayant reçu ce traitement par voie intraveineuse, alors qu’aucune réduction n’a été détectée chez celles ayant reçu un placebo. Ce traitement, qui coûte actuellement 56 000$ par an et par patient, est destiné aux personnes atteintes de troubles cognitifs légers ou de maladie d’Alzheimer à un stade précoce dans le but de potentiellement ralentir le déclin cognitif, mais il ne permet pas de stopper l’évolution de la maladie.

Il est également nécessaire de rester prudent. Bien que ce médicament semble avoir un vrai impact sur les processus biologiques de la pathologie, le bénéfice clinique reste à prouver. Un nouvel essai clinique va donc être mené sur un plus large échantillon afin de vérifier si l’aducanumab a de réels effets sur les fonctions cognitives. Si cette nouvelle étude ne permet pas de vérifier le bénéfice clinique, la FDA se réserve le droit d’engager une procédure pour retirer l’approbation du médicament. De plus, son utilisation est associée à un certain nombre d’effets indésirables chez 35% des patients, nécessitant parfois l’arrêt du traitement.

Cette approbation constitue cependant un nouvel encouragement pour poursuivre la recherche sur la maladie d’Alzheimer, mais aussi sur d’autres pathologies neurodégénératives. En effet, ce principe d’immunothérapie est également à l’étude pour d’autres maladies liées à une accumulation de protéines toxiques, comme la maladie de Parkinson (α-synucléine), la Sclérose Latérale Amyotrophique (TDP-43), la maladie de Huntington (huntingtine) ou encore les maladies à prions.

Sources :
– Site internet www.fda.gov
– Site internet www.fondation-alzheimer.org

 

Rédaction : Céline Petitgas et Charlotte Piau, chargées des actions scientifiques de la FRC.

 

La maladie d'Alzheimer

  • Quels sont les facteurs de risque de la maladie d’Alzheimer ?
  • Comment dépister la maladie d’Alzheimer ? Symptômes et diagnostic
  • Vivre avec la maladie d’Alzheimer
  • Prévalence

> En savoir plus sur la maladie d’Alzheimer

Notre espoir : soutenir la recherche dans la lutte contre les maladies neurologiques et psychiatriques.

 

Le cerveau est l’organe le plus complexe du corps humain. Aidez les chercheurs à faire avancer la recherche sur l’ensemble des maladies qui lui sont liées. La recherche a besoin de moyens pour progresser. Grâce à vous, elle peut y arriver.

> Faire un don

Partager cet article

Facebook
Twitter
Newsletter
moimoncerveau.org