Étude en 3D des troubles sensoriels et moteurs   - Fédération pour la Recherche sur le Cerveau (FRC)

Étude en 3D des troubles sensoriels et moteurs  

Titre du projet : « Stimuler les recherches sur les neuropathies et les mitochondriopathies avec la microscopie électronique en transmission tridimensionnelle. »

Porteur de projet : Jean-Luc PUEL – Institut des Neurosciences de Montpellier. Projet sélectionné par le Conseil scientifique de la FRC et financé grâce au Rotary « Espoir en Tête ».

199 732 € attribués en 2014 pour l’acquisition de l’équipement nécessaire pour équiper les microscopes pour l’acquisition d’images 3D.

 

Description du projet :

L’Institut des Neurosciences de Montpellier mène des recherches multidisciplinaires sur les physiopathologies et les thérapies des déficits sensoriels et moteurs.

Cet institut accueille 5 équipes Inserm, 3 équipes Avenir, 2 laboratoires et 8 plateformes techniques.

Les chercheurs utilisent en routine la microscopie électronique en transmission (MET). Pour évoluer vers la microscopie de troisième dimension, ils doivent équiper leurs microscopes des accessoires nécessaires à l’acquisition d’images 3D.

Trois projets requièrent l’utilisation de la 3D :

  • Examen des mitochondries dans les neuropathies périphériques caractérisées par des anomalies des nerfs périphériques. Ces maladies entrainent une morbidité substantielle et sont un lourd fardeau économique et sociétal.
  • Examen des structures mitochondriales dans les dysfonctions du gène responsable de l’atrophie optique dominante, maladie chronique entrainant une cécité affectant le nerf optique.
  • Examen des synapses à ruban lors des déficiences auditives, dont les dysfonctionnements pré-synaptiques n’ont jamais été étudiés bien que les surdités induites par le bruit soient en pleine expansion.

 

Le centre de recherche :

Crée en 2003, l’Institut des Neurosciences de Montpellier est localisé sur le site de l’hôpital des Neurosciences (Hôpital Gui de Chauliac-Saint Eloi). Ce centre de recherche s’est construit autour de plateformes compétitives (exploration fonctionnelle, histologie, imagerie confocale et électronique-3D). Cet institut abrite 200 personnes et travaille sur les déficits sensoriels et moteurs. L’expertise des équipes couvre un vaste éventail de compétences incluant la génétique, la biologie cellulaire et moléculaire, l’électrophysiologie moléculaire et intégrée, les sciences computationnelles ainsi que les neurosciences pré-cliniques et cliniques.

L’ambition de ce centre est de promouvoir des thérapeutiques innovantes, notamment dans le domaine des cécités rétiniennes et du nerf optique, des neuropathies auditives, des maladies neurodégénératives (sclérose latérale amyotrophique, neuropathie à axones géants) et des désordres somatosensoriels (toucher et douleur).

 

Jean Luc Puel a démarré sa carrière scientifique à Montpellier en 1983 dans le laboratoire Inserm U254 (Neurobiologie de l’Audition). Après avoir soutenu sa thèse en 1986, il part faire un post-doctorat aux Etats-Unis à la Nouvelle Orléans. En 1998, il devient Directeur de Recherches au CNRS. Peu de temps après, il est nommé Professeur de Neurosciences à l’Université Montpellier 1 et devient directeur du Centre de Recherches et de Formation en Audioprothèse (2001) et crée en 2004 le Master d’Audiologie et Troubles du langage. Au cours de cette période, il participe activement à la création de l’Institut des Neurosciences de Montpellier. Jean-Luc Puel est actuellement directeur de l’INM et chef de l’équipe « Surdités, Acouphènes et Thérapies ».

 

Partager cet article

Facebook
Twitter
Newsletter
moimoncerveau.org