Un système d’imagerie pour étudier l’architecture cérébrale au niveau moléculaire

Lydia DANGLOT– Centre de psychiatrie et neurosciences (CPN) – INSERM U894, Paris

Titre du projet : « L’architecture cérébrale révélée à l’échelle du nanomètre par imagerie multi-couleur super-résolutive 3D STORM »

Équipement financé grâce à l’opération Rotary-Espoir en Tête 2018 et sélectionné par le Conseil scientifique de la FRC : un module de super résolution pour la microscopie STOR pour un montant de 162 350 €

 

Description du projet

Le module de super résolution pour la microscopie STOR (microscopie de reconstruction stochastique) complétera la plateforme d’imagerie déjà en place au Centre de Psychiatrie et Neurosciences (CPN). Ce nouveau système, très performant, permettra l’imagerie multicolore à l’échelle nanométrique de différents composants cellulaires (i.e. des neurones, cellules endothéliales, péricytes, macrophages, astrocytes…) et au sein de la cellule, au niveau des synapses permettant la connexion entre neurones. En particulier, l’imagerie multicolore et en 3D donnera aux chercheurs la capacité de visualiser avec une extrême précision ces divers composants dans des modèles expérimentaux validés, en lien avec les pathologies neurologiques et psychiatriques.

Ce nouveau système très performant sera utilisé par 9 équipes du CPN, et mis à disposition d’autres laboratoires (Institut Cochin, Institut Curie, université de Strasbourg) dans le cadre de collaborations au plus haut niveau en biologie cellulaire et en chimie. Son acquisition constitue donc une étape décisive pour affiner les connaissances sur l’architecture cérébrale à l’échelle moléculaire et ses anomalies en liaison avec les pathologies neuro-psychiatriques.

 

Le centre de recherche

Le Centre de Psychiatrie et Neurosciences, d’envergure internationale, regroupe 12 équipes multi-disciplinaires qui utilisent les approches de la recherche fondamentale (pré-clinique), translationnelle et clinique en lien avec le Centre Hospitalier Sainte-Anne. Les travaux de recherche qui y sont menés portent notamment sur le neurodéveloppement et ses désordres en cause dans diverses pathologies psychiatriques (autisme, schizophrénie, troubles bipolaires, dépressions), les comportements et les émotions qui les sous-tendent (stress, addictions), les atteintes neurovasculaires (AVC), le vieillissement cérébral et les pathologies neurodégénératives. La mauvaise localisation de certains constituants cellulaires est souvent associée à ces diverses pathologies neurologiques et psychiatriques, et l’un des axes de recherche privilégiés au Centre de Psychiatrie et Neurosciences vise à identifier et localiser avec précision ces constituants, et analyser leur implication dans les processus physiopathologiques. Dans ce cadre, l’acquisition d’un système d’imagerie à haute résolution permet de franchir un cap pour des recherches au plus haut niveau.

_

Crédit photo : © Inserm/Delapierre, Patrick

► Voir tous les projets financés en 2018 grâce à l’opération Rotary-Espoir en Tête

Lydia DANGLOT, chercheur ISERM

Lydia Danglot est chercheur INSERM (avec habilitation à Diriger des Recherches) formée à l’Université Pierre et Marie Curie. Elle travaille maintenant au nouvel Institut de Psychiatrie et Neurosciences de Paris sur e trafic vésiculaire dans les cellules nerveuse et gliales durant la synaptogenèse et la plasticité.

Pour recevoir les actualités de la recherche, inscrivez-vous à notre newsletter :


Partager cet article

Facebook
Twitter
Newsletter
moimoncerveau.org