Une piste thérapeutique pour limiter les effets du stress chronique sur le cerveau

Porteur du projet : Sabine LEVI – Institut du Fer à Moulin (Paris)

Titre du projet : Contrôler le chlore intra-neuronal pour limiter l’étendue des atteintes cérébrales résultant d’un stress chronique

Le projet est soutenu par l’Association France Parkinson et l’expertise scientifique assurée par le Conseil Scientifique de la FRC.

Montant : 78 998 €

 

Descriptif du projet :

Une exposition chronique au stress induit des déficits d’attention, de mémoire et d’interactions sociales. Au niveau moléculaire, des études récentes ont montré qu’un stress chronique entrainerait une perturbation au niveau de la voie de signalisation du neurotransmetteur GABA.  Ceci serait dû à une augmentation de la quantité de chlore (Cl-) au sein des neurones. Des données suggèrent que le blocage d’une voie de signalisation (WNK) devrait permettre de rétablir les effets GABA (inhibition) en empêchant l’accumulation du chlore intra-neuronal lors d’un stress chronique.

Ce projet aura pour objectif d’élucider les mécanismes cellulaires et moléculaires impliqués dans le stress chronique et de déterminer si un blocage de la signalisation WNK1 permet de prévenir ou de limiter les dommages cérébraux induits par un stress chronique. Pour répondre à ces questions, les chercheurs développeront une approche multidisciplinaire, couvrant différents niveaux d’analyse (de la molécule aux études fonctionnelles in vivo chez la souris) et utilisant la biochimie, l’optogénétique, l’électrophysiologie, les études comportementales ainsi que l’imagerie de pointe.

L’étude de cette voie WNK est particulièrement prometteuse pour le développement d’un nouveau traitement car il existe déjà une molécule qui permet de bloquer WNK et qui est administrable à l’homme par voie orale. Ce projet a donc le potentiel de contribuer à la découverte de stratégies thérapeutiques novatrices et puissantes pour le stress chronique et pour d’autres maladies qui seraient causées par un défaut de la signalisation GABAergique comme l’épilepsie et les troubles psychiatriques mais aussi la spasticité, symptôme présent chez les patients atteints de sclérose en plaques et maladie de Parkinson.

Centre de recherche :

L’Institut du Fer à Moulin (IFM) est un centre de recherche consacré à l’étude du développement et de la plasticité du système nerveux. L’IFM a deux objectifs complémentaires : progresser dans la compréhension de la physiologie et de la physiopathologie du système nerveux et découvrir de nouvelles approches thérapeutiques. Il regroupe 8 équipes de recherche et 2 plateformes de microscopie.

Directrice de recherche CNRS depuis 2015, Sabine Levi co-dirige actuellement l’équipe « Plasticité des réseaux corticaux et épilepsie » avec Jean-Christophe Poncer, à l’Institut du Fer à Moulin à Paris. Elle s’intéresse particulièrement aux mécanismes cellulaires et moléculaires à la base de la formation et de la régulation des synapses (zone d’interaction entre deux neurones, permettant la transmission d’un signal) inhibitrices du cerveau. Elle a entre autres développé une technique de suivi de particules uniques à base de nanocristaux, qui a permis de montrer que les récepteurs sont très mobiles et s’échangent entre les synapses.

« LE CERVEAU AGRESSÉ PAR SON ENVIRONNEMENT »

> Voir tous les projets financés par la FRC en 2019 sur ce thème 

Partager cet article

Facebook
Twitter
Newsletter
moimoncerveau.org