Nouveau modèle expérimental de schizophrénie pour mieux comprendre et traiter les patients

Porteur de projet : Dr Valentine Bouet, Groupe Mémoire et Plasticité comportementale de l’Université de Caen Normandie

Titre du projet : « Validation pharmacologique d’un modèle animal innovant de schizophrénie alliant susceptibilité génétique, perturbations environnementales précoces et tardives »

Subvention attribuée par la FRC en 2016 : 30 000 €

Projet sélectionné par le Conseil scientifique de l’UNAFAM

 

Description du projet

La schizophrénie est une pathologie psychiatrique très complexe pour laquelle il n’existe pas de traitement efficace sur l’ensemble des symptômes qui la composent. La recherche de nouveaux traitements passe nécessairement par des expérimentations chez l’animal. Cependant les modèles animaux actuels de schizophrénie sont loin d’être satisfaisants car ils ne sont pas construits sur la base de ce que l’on connaît chez l’Homme, à savoir la présence de plusieurs facteurs de risques, combinés entre eux.

Ce projet vise à valider le nouveau modèle que l’équipe du Dr. Valentine Bouet a mis au point chez la souris et qui regroupe une altération génétique, un stress post-natal précoce et une exposition au cannabis durant l’adolescence. La combinaison de ces trois facteurs entraîne des modifications du comportement des animaux et de la structure de leur cerveau qui sont proches de celles que l’on retrouve chez le patient souffrant de schizophrénie.

Ce projet consistera à valider ce modèle d’un point de vue pharmacologique, c’est-à-dire à mesurer l’efficacité de traitements pharmacologiques sur les troubles observés. Ceci constitue la dernière étape permettant de prouver scientifiquement la valeur de ce nouveau modèle.

 

Le centre de recherche

A l’aide de modèles expérimentaux, le Groupe Mémoire et Plasticité comportementale (GMPc) de l’Université de Caen cherche à mieux comprendre les bases neurologiques et comportementales ainsi que les processus adaptatifs de la construction mnésique. Cette approche se fait par la mise au point de nouveaux outils comportementaux, l’identification des réseaux neuronaux impliqués dans ces processus, et l’étude de la plasticité comportementale.

Le laboratoire s’intéresse plus particulièrement à l’implication du système sérotoninergique (lié à la sérotonine) dans la modulation des processus d’apprentissage et de mémoire. Ceci est réalisé à la fois en conditions physiologiques et physiopathologiques (vieillissement, maladies neurodégénératives et maladies psychiatriques) avec pour objectif d’identifier et de valider de nouvelles cibles thérapeutiques potentielles dans ces domaines.

 

Crédit photo : Inserm/Delapierre, Patrick
_____

Pour recevoir les actualités de la recherche, inscrivez-vous à notre newsletter :

Le Dr. Valentine Bouet est maître de conférences en pharmacologie à l’Université de Caen Normandie et fait partie de l’équipe de recherche du Groupe Mémoire et Plasticité comportementale.

SOUTENEZ LES CHERCHEURS

Pour que la recherche sur les dysfonctionnements du cerveau progresse, vos dons sont indispensables.

► Faire un don

Partager cet article

Facebook
Twitter
Newsletter
moimoncerveau.org