Le repositionnement de médicaments

Le repositionnement de médicaments est un concept très utilisé de nos jours dans le monde pharmaceutique car il présente de nombreux avantages. Il est notamment très intéressant pour trouver rapidement des solutions thérapeutiques dans le cadre de lutte contre des épidémies, comme nous le vivons actuellement avec le COVID-19. Un essai clinique est à l’ordre du jour pour repositionner un antipsychotique contre le virus SARS-CoV-2.

 

  • Lancement d’un essai clinique français pour repositionner un traitement utilisé contre la schizophrénie

A l’heure où des centaines d’essais cliniques sont lancés dans le monde dans le but de trouver rapidement une solution thérapeutique contre le COVID-19, les médecins et chercheurs priorisent le repositionnement de molécules déjà approuvées, afin de gagner un temps considérable pour soigner les patients.

Dans ce cadre, un nouvel essai clinique vient d’être lancé en France. Baptisé reCoVery, celui-ci consiste à administrer aux patients COVID-19 hospitalisés de la chlorpromazine en plus du traitement standard, afin de voir si ce médicament peut accélérer la guérison et diminuer les aggravations. Cette molécule est un antipsychotique connu de longue date, utilisé dans le traitement de la schizophrénie et de certaines phases maniaques du trouble bipolaire, et qui pourrait avoir des propriétés antivirales. Cet essai clinique part d’une observation faite par des psychiatres français dans leurs hôpitaux : il semble qu’un très faible nombre de patients atteints de troubles psychiatriques soit touché par l’épidémie de COVID-19, malgré des facteurs pouvant a priori être aggravants, comme le surpoids ou les troubles cardio-vasculaires. Le repositionnement de la chlorpromazine pour lutter contre le coronavirus constitue donc une nouvelle piste thérapeutique à l’étude.

 

  • Qu’est-ce que le repositionnement de médicaments ?

Lors d’un essai clinique, une molécule est testée dans le cadre d’une pathologie donnée, dans le but d’évaluer en particulier son innocuité, sa toxicité, sa tolérance et ses potentiels effets indésirables, son efficacité à traiter la maladie ou encore la dose maximale à administrer. Ces essais, indispensables à la mise sur le marché d’un nouveau médicament, prennent en moyenne 10 à 15 ans de développement, entre les phases précliniques et la commercialisation du traitement. Le repositionnement d’un médicament consiste à tester ce médicament pour une maladie différente de celle pour laquelle il avait été développé initialement. Cette stratégie consiste donc à trouver une nouvelle indication thérapeutique, soit pour des médicaments dont le développement avait été interrompu faute d’efficacité, mais dont on connaît déjà l’innocuité, soit pour des médicaments ayant déjà été approuvés pour le traitement d’une maladie donnée.

 

  • Pourquoi repositionner un médicament ?

Depuis de nombreuses années, les scientifiques ont remarqué qu’une molécule n’a en général pas qu’une seule cible cellulaire dans le corps humain, ce qui explique par ailleurs qu’il existe souvent des effets secondaires indésirables pour chaque traitement. Il est donc possible qu’une molécule évaluée pour une maladie donnée puisse être efficace pour une autre, et cette stratégie très attractive présente de nombreux avantages. Repositionner un médicament permet :

  • De réduire considérablement le délai de développement. Les premières étapes d’évaluation de la toxicité et de la tolérance chez l’homme ont déjà été menées et n’ont donc pas besoin d’être réitérées.
  • De réduire drastiquement les coûts qu’impliquent les essais cliniques.
  • De bénéficier de la connaissance déjà acquise sur le médicament. En effet, après autorisation de mise sur le marché, chaque médicament entre dans une phase de pharmacovigilance, qui consiste en un suivi à long terme du traitement sur une large population. Cette dernière phase de l’essai clinique doit permettre de dépister des effets secondaires ou complications rares et tardives, afin d’améliorer et d’élargir la compréhension des effets du médicament.

 

Sources :

Article « Virus: lancement d’une étude sur la chlorpromazine, un médicament contre la schizophrénie » – site internet l’express.fr, mis en ligne le 4.05.2020

 

Rédaction : Céline Petitgas, chargée des actions scientifiques de la FRC.

Qu'est-ce qu'un essai clinique ?

Un essai clinique est une étude scientifique, menée chez des volontaires sains ou malades, qui permet d’évaluer l’efficacité et la tolérance d’une méthode diagnostique ou d’un traitement.

> En savoir plus

Projets financés

La Fédération pour la Recherche sur le Cerveau finance des projets d’excellence en neurosciences dans le but de guérir les maladies psychiatriques dont la schizophrénie et les troubles bipolaires font partie.

> Découvrir les projets financés en lien avec les maladies psychiatriques

Soutenons la recherche

Pendant la crise sanitaire que nous vivons actuellement, les chercheurs ont besoin plus que jamais que nous restions mobilisés afin de les soutenir.

L’urgence du moment est de contrer l’épidémie du coronavirus et de soigner les patients pour limiter nos populations malades, mais les chercheurs sur les maladies du cerveau doivent pouvoir aussi continuer leurs recherches ! Les maladies du cerveau persistent et la recherche dans le but de les guérir est une urgence permanente.

Nous comptons sur votre soutien et votre solidarité.

Je fais un don

Pour aller plus loin...

Selon plusieurs données scientifiques, le COVID-19 altérerait nos fonctions cérébrales. Anosmie, agueusie, atteintes du tronc cérébral, encéphalopathies, AVC, encéphalites, signes de confusion… ont été observés par les médecins.

> En savoir plus

Partager cet article

Sur le même thème

Connaître et comprendre le cerveau

Les actualités autour de la schizophrénie

Connaître et comprendre le cerveau

COVID-19 et CERVEAU

Facebook
Twitter
Newsletter
moimoncerveau.org