Epilepsie et Dépression - Fédération pour la Recherche sur le Cerveau (FRC)

Epilepsie et Dépression

Christophe BERNARD – Institut de Neurosciences des Systèmes – Marseille

Subvention attribuée par la FRC en 2014 : 50 000 €

 

Le projet

La dépression constitue un problème de santé publique majeur. Elle est associée à la plupart des troubles neurologiques. Une question centrale est de déterminer si la dépression est la conséquence de la pathologie ou si elle peut être présente à l’état latent (créé par un premier choc), la pathologie (deuxième choc) ne faisant que la révéler. Ces deux propositions ne sont pas mutuellement exclusives.

Dans l’épilepsie du lobe temporal, 30% des patients souffrent de dépression. La moitié des patients évoquent un événement de vie stressant (premier choc : deuil, chômage, divorce…) avant l’apparition des premières crises, en accord avec un mécanisme de type double choc. Christophe Bernard et son équipe ont validé cette hypothèse chez l’animal. En utilisant un protocole de défaite sociale comme premier choc, et une agression épileptogène (status epilepticus) comme deuxième choc, ils ont montré que la défaite sociale induit des niveaux sériques réduits d’une molécule appelée BDNF chez 40% des animaux. Une fois épileptiques, seuls les animaux avec un taux de molécule BDNF bas présentent un profil dépressif. Le développement de l’épilepsie est accéléré, et de sévères déficits cognitifs apparaissent. Cette vulnérabilité peut être abolie en traitant les animaux avec un mimétique du BDNF avant l’agression épileptogène.

Christophe Bernard et son équipe ont ainsi pu montrer qu’un stress intense peut sensibiliser certains individus à développer une dépression. Ils ont identifié un biomarqueur prédictif et une façon d’abolir cette vulnérabilité. Ce traitement a été donné avant l’apparition de l’épilepsie, ce qui est difficile à effectuer chez les patients. Le but du projet est donc de déterminer si le traitement donné après l’agression épileptogène prévient la dépression et les déficits cognitifs, ce qui serait plus facilement transférable à l’Homme. Ce mécanisme de choc initial créant un état de sensibilité à la dépression peut s’appliquer à l’ensemble des désordres neurologiques.

 

Le centre de recherche

L’Institut de Neurosciences des Systèmes (INS) est un institut de recherche multidisciplinaire de l’Inserm et de Aix-Marseille Université situé sur le Campus La Timone à Marseille.

La recherche  au sein de l’INS a été développée autour d’un concept commun, les dynamiques cérébrales, intégrant des approches expérimentales, théoriques et cliniques afin de comprendre les fonctions et les dysfonctions cérébrales.

Christophe Bernard

Partager cet article

Facebook
Twitter
Newsletter
moimoncerveau.org