L’épigénétique impliquée dans les conséquences cérébrales de traumas infantiles - Fédération pour la Recherche sur le Cerveau (FRC)

L’épigénétique impliquée dans les conséquences cérébrales de traumas infantiles

Porteur du projet : Pierre-Eric LUTZ – Institut des Neurosciences Cellulaires et Intégratives (Strasbourg)

Titre du projet : Conséquences épigénétiques de la maltraitance infantile dans la dépression

Montant des devis du projet : 80 000 €

Description du projet :

Les traumas infantiles (abus physiques, émotionnels et sexuels ainsi que les négligences physiques et émotionnelles) concernent 5 à 15% des enfants, et représentent un facteur de risque psychopathologique majeur, y compris de dépression. Alors que les mécanismes cérébraux sous-jacents restent mal compris, les données disponibles suggèrent l’implication de processus épigénétiques (modifications réversibles de l’ADN).

Le but de ce projet consistera à comprendre comment les traumas infantiles peuvent induire une reprogrammation d’une marque épigénétique majeure : la méthylation de l’ADN. Pour cela, les chercheurs analyseront tout d’abord la méthylation de l’ADN dans l’ensemble du génome, à partir d’échantillons sanguins de patients dépressifs, ayant subi ou non un trauma infantile. Ces résultats seront ensuite comparés à ceux obtenus chez des individus ayant subi un trauma infantile sans avoir ensuite développé de troubles psychiatriques. Cela permettra d’identifier les modifications épigénétiques qui surviennent lors de l’apparition de dépression suite à un trauma infantile.

Ce projet ouvre de nouvelles pistes pour l’identification de biomarqueurs associés aux traumas infantiles, et pour la compréhension de leur impact sur la santé mentale tout au long de la vie. Ces approches pourraient aider à déterminer de quelle façon la plasticité épigénétique contribue à l’interaction entre les expériences de la petite enfance et les processus cérébraux qui contrôlent les états émotionnels tout au long de la vie. Ces données permettront sur le long terme d’identifier des cibles thérapeutiques novatrices.

 

Centre de recherche :

L’Institut des neurosciences cellulaires et intégratives a pour mission d’explorer le système nerveux et ses pathologies et de développer de nouvelles thérapies. Structurés autour de trois grands thèmes, les projets qui y sont menés visent à faire progresser les connaissances sur la communication au sein du système nerveux, les rythmes biologiques, le sommeil, la rétine et les pathologies associées, la douleur, ses conséquences émotionnelles et ses traitements.

Médecin de formation, Pierre-Eric Lutz a ensuite effectué un doctorat de neurobiologie à l’Université de Strasbourg, puis un post-doctorat à l’Université McGill de Montréal. Il est maintenant chargé de recherche à l’Institut des Neurosciences Cellulaires et Intégratives de Strasbourg, où il s’intéresse particulièrement au champ de la neuro-épigénétique comportementale. Autrement dit, ce champ de recherche vise à mieux comprendre comment les expériences de la vie peuvent impacter sur l’expression des gènes, et donc sur le fonctionnement de notre cerveau.

Partager cet article

Facebook
Twitter
Newsletter
moimoncerveau.org