Le virus Zika pourrait-il être une piste thérapeutique contre les tumeurs cérébrales ?

Le virus Zika a fait beaucoup parler de lui à cause des terribles dommages qu’il peut engendrer au niveau du cerveau en développement. Mais étonnement, il ouvre aussi une piste vers un traitement du cancer du cerveau chez l’adulte. En effet, une équipe de chercheurs a initié un travail sur le sujet et il semblerait que ce virus ait une aptitude à détruire de façon spécifique certaines cellules de glioblastomes.

 

L’infection par ce virus, transmis par certains moustiques, est asymptomatique pour la plupart des individus. Cependant, lorsqu’une femme enceinte est touchée, cela peut causer une microcéphalie chez le fœtus. Cette malformation sévère est associée à des troubles neurologiques tels qu’un retard mental. Pour cela, le virus Zika a la capacité de traverser la barrière hémato-encéphalique et peut ainsi atteindre le cerveau où il va infecter et tuer des cellules souches, induisant des effets délétères sur le cerveau en formation. En effet, au sein du cerveau fœtal, de nombreuses cellules souches saines sont présentes, ce qui expliquerait les effets néfastes de ce virus durant cette fenêtre de développement. A l’âge adulte, le cerveau est composé d’un nombre plus faible de cellules souches, le virus y a donc des conséquences moins sévères.

 

Mais justement, l’hypothèse a été posée que cette aptitude à détruire des cellules souches du cerveau pourrait servir à combattre des tumeurs cérébrales. Parmi les cancers du cerveau, les glioblastomes correspondent à une forme très agressive, difficile à soigner. C’est la tumeur cérébrale la plus répandue, avec 1 500 à 2 000 nouveaux cas chaque année en France.

 

Des chercheurs de l’Université de Californie se sont donc intéressés aux effets du virus Zika sur les glioblastomes. Ils ont observé que l’infection par ce virus entraînait une destruction des cellules souches cancéreuses des glioblastomes humains mis en culture in vitro. La prolifération des cellules souches tumorales s’est vue abolie et la mort cellulaire augmentée. En parallèle, très peu d’effets sur les cellules différenciées et non tumorales ont été observés. Les chercheurs ont ainsi exposé que le virus Zika semblait détruire spécifiquement les cellules souches tumorales sans affecter les autres.

Ils se sont ensuite penchés sur les effets in vivo, au sein d’un organisme vivant. Des analyses ont été effectuées sur des souris atteintes de glioblastomes. Leur espérance de vie augmente en cas d’infection par le virus. L’injection de cet agent infectieux a induit la diminution de tumeurs agressives et résistantes en laissant les autres cellules du cerveau indemnes.

 

Les résultats de ces travaux suggèrent que le virus Zika pourrait potentiellement être utilisé en combinaison avec d’autres formes de thérapies. Aucun essai chez l’humain n’a été effectué à ce jour. Cette étude est un stade préliminaire sur le parcours d’une thérapie possible, de nombreuses étapes sont encore nécessaires. Mais après optimisation de cet outil et réalisation de plusieurs études, cet agent infectieux pourrait être injecté dans le cerveau lors de l’ablation de la tumeur. Une nouvelle piste thérapeutique est donc ouverte pour espérer soigner un jour les patients atteints de glioblastomes.

 

 

Publications : Zika virus has oncolytic activity against glioblastoma stem cells. Zhe Zhu et al. J Exp Med. 2017 Oct 2;214(10):2843-2857

 

Image : Copyright ©Groupe Anadolu

_____

Pour recevoir les actualités de la recherche, inscrivez-vous à notre newsletter :

Qu’est-ce qu’un glioblastome ?

Le glioblastome est la tumeur cérébrale la plus répandue. Il est causé par une prolifération anormale de cellules nommées astrocytes. Les astrocytes sont des cellules gliales du système nerveux. Parmi leurs nombreuses fonctions, ces cellules ont un rôle nourricier pour les neurones et contribue à une bonne transmission du message nerveux.

Qu’est-ce que la microcéphalie ?

C’est un trouble du développement causant une malformation néonatale. Elle est caractérisée par un périmètre crânien et entraine des troubles cognitifs.

SOUTENEZ LES CHERCHEURS

Pour que la recherche sur les dysfonctionnements du cerveau progresse, vos dons sont indispensables.

► Faire un don

Partager cet article

Facebook
Twitter
Newsletter
moimoncerveau.org