La vitamine C : une nouvelle piste pour contrer les maladies neurodégénératives

Le transporteur de la vitamine C, le SVCT2, est présent à la surface des cellules microglies du cerveau et permet à la vitamine C d’entrer dans ces cellules. Un déficit en vitamine C dans le cerveau est connu pour avoir un effet d’accélération du dépôt des plaques amyloïdes* chez le rongeur. En effet, le manque de vitamine C dans les cellules gliales déclenche l’activation pro-inflammatoire de la microglie et une neuro-inflammation. Cette étude de l’université de Porto (Portugal) suggère que la modulation de la présence du transporteur SVCT2 à la surface des microglies peut agir sur la neuro-inflammation. Un prétraitement par l’acide ascorbique (vitamine C) pourrait prévenir l’activation de la microglie et l’inflammation avant même que le transporteur SVTC2 soit dégradé. Le système de transport de la vitamine C dans le cerveau joue donc un rôle dans les maladies neurodégénératives et pourrait être considéré comme une cible potentielle de traitement.

 * Une plaque amyloïde est liée à une accumulation de la protéine bêta-amyloïde. Les plaques amyloïdes sont impliquées dans des maladies neurodégénératives comme par exemple la maladie d’Alzheimer.

 

Rédaction : Nathalie Sellier

Source : « Caveolin-1–mediated internalization of the vitamin C transporter SVCT2 in microglia triggers an inflammatory phenotype »  Camila C. Portugal et al. Science Signaling vol10 (472) 28 march 2017. Doi:10.1126/scisignal.aal2005

_____

Pour recevoir les actualités de la recherche, inscrivez-vous à notre newsletter :

SOUTENEZ LES CHERCHEURS

Pour que la recherche sur les dysfonctionnements du cerveau progresse, vos dons sont indispensables.

► Faire un don

Partager cet article

Facebook
Twitter
SOCIALICON
SOCIALICON