Le cerveau agressé par son environnement : le stress - Fédération pour la Recherche sur le Cerveau (FRC)

Le cerveau agressé par son environnement : le stress

Qu’est-ce que le stress ?

Le stress est un composant de la vie qui agit directement sur le cerveau et impacte son fonctionnement. En effet, le cerveau, qui est en permanence en interaction avec ce qui l’entoure, se doit de réagir au stress. Ainsi, en fonction de la nature de celui-ci les conséquences ne sont pas les mêmes.

Existe t’il un bon et un mauvais stress ?

A doses modérées, le stress est nécessaire à l’adaptation de l’organisme. En réponse à un stress, l’organisme sécrète des hormones qui modifient le comportement cognitif et émotionnel. Cela permet à l’individu de réagir de façon adaptée à la situation qu’il rencontre. Dans ce cas là, le stress est un moteur. Cependant, lorsque le stress est chronique ou lors de dysfonctionnements de ce système, cela peut induire des désordres psychiatriques dont les troubles anxieux, la dépression et les addictions. De plus, le stress social, pris dans son ensemble, est un facteur important de vulnérabilité psychiatrique.

Un sujet d’intérêt pour les chercheurs mais également pour la population

A travers un sondage publié en 2018, il a été révélé que, tout comme les experts scientifiques, les Français citent le stress comme l’un des 4 facteurs les plus à risque pour le cerveau. De plus, 86 % d’entre eux savent que les personnes stressées sont plus à risque concernant les troubles neurologiques ou psychiatriques (troubles de mémoire, anxiété, burn out, dépression…).

 

La FRC, un moteur pour la recherche sur le stress

Depuis plusieurs années, la Fédération pour la Recherche sur le Cerveau s’intéresse aux conséquences du stress sur le cerveau :

Ainsi, elle a soutenu en 2013, le projet du Dr Christophe Bernard. Son équipe, à l’Institut des Neurosciences des Systèmes à Marseille, a montré quels mécanismes biologiques d’un stress intense peuvent sensibiliser certaines personnes à développer une dépression, voire même induire des crises d’épilepsie chez des sujets à risque.

Découvrir la fiche projet du Dr Christophe Bernard :

► Epilepsie et dépression

Plus récemment, la FRC a financé le projet du Dr Oussama Kébir au Centre de Psychiatrie et Neurosciences de Paris. Ses travaux portent sur l’impact de l’environnement au cours de l’enfance et de l’adolescence (stress intense mais aussi maltraitance, prise de cannabis) sur les mécanismes moléculaires susceptibles d’induire une pathologie psychiatrique sévère comme la schizophrénie. Ces travaux conduits par le Dr Oussama Kébir et son équipe visent avant tout à la détection précoce du risque pathologique, et à l’élaboration de stratégies thérapeutiques préventives.

Découvrir la fiche projet du Dr Oussama Kébir :

 Etudier la maturation cérébrale et la vulnérabilité psychiatrique chez les jeunes sujets à risque

 

 

Le stress, quel impact sur le cerveau ?

Le stress se traduit par un état physiologique particulier, impliquant plusieurs mécanismes biologiques. Le stress va agir sur différentes structures du cerveau de l’amygdale jusqu’au cortex préfrontal. En réponse à cela, des neurotransmetteurs et hormones vont être libérés tels que la noradrénaline qui agit sur la vigilance et l’attention et le cortisol qui permet d’avoir l’énergie suffisante pour affronter le stress. Cependant, un stress chronique va entrainer des réactions en continu, ce qui peut fragiliser le système nerveux et induire des pathologies comme la dépression.

Photo © Inserm/Givalois, Laurent

 

Pour en savoir plus sur le stress cliquez ici

Le saviez vous ?

Se réveiller stressé peut diminuer les capacités du cerveau tout au long de la journée.

Le stress quotidien, même s’il est relativement mineur, peut avoir des effets délétères sur la fonction cognitive. De nombreuses études se sont déjà intéressées à l’effet d’un événement stressant sur le fonctionnement du cerveau et ont montré que cela pouvait affecter les émotions, la cognition et la physiologie. Mais peu de données ont été récoltées concernant les effets d’une sensation de stress par anticipation, avant même qu’un événement stressant n’ait eu lieu.

pour en savoir plus cliquez ici

Soutenez la recherche

Pour que la recherche sur les dysfonctionnements du cerveau progresse, vos dons sont indispensables.

► Faire un don

Partager cet article

Facebook
Twitter
Newsletter
moimoncerveau.org